« J’ai un gros hématome qui s’étend de l’aine jusqu’à l’intérieur des jambes. » Carine vient de subir une ablation, à savoir une intervention chirurgicale destinée à traiter ses symptômes de fibrillation auriculaire. « Je souffrais vraiment du fait que mon cœur pouvait s’emballer. Mon médecin m’a dit que l’ablation pouvait résoudre ces problèmes. Évidemment, ce n’était pas une garantie mais il y avait quand même une chance. » Mais Carine n’a pas été correctement informée des risques liés à ce traitement, comme les hémorragies internes par exemple. Et ce n’était pas la première fois.

Risque de chute

Carine aime bouger. Marcher, rouler à vélo, danser. Son mode de vie actif est indissociable de certains risques. « Depuis que j’ai commencé à souffrir de fibrillation auriculaire, j’ai des étourdissements et je tombe plus facilement. » C’est ce qui est récemment arrivé à Carine. Elle est tombée sur un trottoir et s’est cogné l’arrière de la tête. « J’avais une grosse bosse sur la tête mais pas d’étourdissements. J’ai décidé de ne pas contacter mon médecin traitant immédiatement. On était vendredi après tout, et le week-end allait commencer. Je pensais que ce n’était pas si grave que ça. »

Risque accru d’hémorragie interne

Durant le week-end, Carine a développé des nausées et des étourdissements. Elle a commencé à s’inquiéter. Le lundi, elle a finalement décidé d’appeler son médecin traitant. « Mon médecin m’a dit que j’aurais dû me rendre immédiatement aux urgences le vendredi. Comme je prends des anticoagulants, je présente un risque accru de développer une hémorragie interne. Si j’avais su cela, j’aurais clairement appelé plus tôt ! Pourquoi ne m’a-t-on pas avertie de cela avant ? »

Savez-vous quand demander de l’aide médicale pour une personne qui prend des anticoagulants?

Téléchargez la liste des questions

Obtenir de meilleures informations

Au départ, Carine connaissait très peu de choses des risques associés à une ablation et à l’utilisation d’anticoagulants – et aussi sur le fait qu’il existe plusieurs types d’anticoagulants. « Mon médecin ne m’a pas expliqué pourquoi il me prescrivait ce type de médicament en particulier. Et à vrai dire, je n’y ai pas vraiment prêté beaucoup d’attention durant la consultation. » Désormais, Carine note ses questions avant toute consultation et elle peut également poser des questions à son médecin par téléphone. « J’ai appris à ne pas négliger les informations. Si la décision de mon médecin ne me semble pas adéquate, je le dis. Disposer des bonnes informations m’apaise. »

Vous reconnaissez-vous dans ce témoignage ? Ou avez-vous encore des questions sur la fibrillation auriculaire ? Veuillez contacter votre médecin.

« Que puis-je faire si elle tombe ? »

« Ma mère est très inquiète  alt=et incertaine quant à sa santé. Son médecin a du mal à la rassurer. » Marianne, la fille de Carine, constate que sa mère a des difficultés à adapter son mode de vie à sa situation. « Parfois, je suis fâchée sur ma mère. Elle veut tout faire tout de suite et rapidement. Or, elle ne peut plus réagir comme ça. » Elle sait que sa mère peut développer des hématomes plus facilement maintenant qu’elle prend des anticoagulants et qu’elle est exposée à un risque de saignements prolongés. Étant donné que Marianne habite à 45 minutes de chez sa mère, elle ne peut pas arriver rapidement chez elle pour l’aider. « Cela m’inquiète parfois. Que puis-je faire si elle tombe ? J’espère qu’il y aura des personnes près d’elle qui pourront l’aider en cas d’urgence. »

Savez-vous comment vous préparer à une situation d’urgence?

Téléchargez la liste des questions

Lisez plus de témoignages patients